mercredi 29 novembre 2017

ROBERT LOGAN: Sculptor Galaxy (2017)

“A splendid unexpected surprise, Sculptor Galaxy is this kind of album without frontiers in a precise field that you have, at least for once, give it a try!”
1 Sovereign 7:36
2 Climber 4:23
3 Be Tall 3:16
4 Binary Star 5:59
5 The Weaver 6:12
6 Endless Sea 4:02
7 Senescence 2:27
8 Plantal Sequence 4:45
9 Metazoa 5:49
10 Voyager 6:26

Projekt | PRO 345 (CD/DDL 50:55)
(Psychedelic vibes, Tribal, Berliner and Zoolook styles)
I discovered Robert Logan with the pair of albums that he made with Steve Roach last year. If each album had a very different identity, Second Nature was very ambient while Biosonic was of tribal nature with psybient rhythms, the true nature of the English artist is rather in the kind of deep ambient landscapes with a propensity for tones sculptured around surrounding samplings. Walking between 2 aliases, Sense Project and Firehand, to widen his experimental pallet, Robert Logan delivered 6 music albums decorator of ambiences since 2007. And now taken out from nowhere arrives this brilliant “Sculptor Galaxy”. And the Press info didn't do into subtleties by underlining that it's doubtless this avenue that Jean-Michel Jarre should have chosen after his surprising Zoolook in 1984. What about it?!
Reverberating effects and others organic ones spice up the uncertain rhythm of "
Sovereign". Samplings of voices deformed as well as heavy riffs of keyboard give a psychedelic envelope to this structure of rhythm built in a kind of stop'n'go and of which the absence of nuances makes a whole contrast with the organic effects and the stroboscopic veils which are added to an unreal choir. Between its abrupt shocks and its respites of ambient phases, "Sovereign" gives an overview of the structures of rhythms which mark out this Robert Logan's surprising opus. The mixing is extremely well done by Steve Roach and gives justice to the wealth of the tones, as here and as everywhere in “Sculptor Galaxy”. "Climber" attacks our ears with powerful knockings which make raise lines of flickering sequences and attractive percussive effects. Still here, the structure of rhythm is hatched but clearly more lively with good arrangements and a pretty nice hint of Jean-Michel Jarre, in particular for this approach of synth-pop well controlled in its more progressive environment. The samplings of voice get back to charm our expectations in the smooth rhythm of "Be Tall", I would even believe to hear sing the title in various ways. The percussive effects are always that attractive and fit very well into other effects which brings the music in a zone of psybient. And if the bass traces a cosmic Groove with good lascivious movements, the percussions on the other hand bring the title towards a good rock brought out of another universe. "Binary Star" begins with a more electronic approach which is guided by fluid and lively movements of the sequencer. This structure melts afterward behind another cosmic Groove approach pattern with a bass and percussions more in the tone of a good mid-tempo. The collections of hoarse voices and cosmic effects always stay in the field of psychedelic Electronica. But one tames it quite easily.
On the other hand, "
The Weaver" asks for a bit of more listening. In fact, the evolution of the music follows marvelously the sense of its title with a weaving of sequences which little by little adopts a coherence but which comes up against a heap of sound and percussive effects. It swirls delicately and it's rather a kind of progressive ambient music. The samplings of voices, the organic as much as the percussive effects are in the heart of the charms of this album and "Endless Sea" which, actually, would fits very well with Jean-Michel Jarre's repertoire. But a more audacious Jarre, because everything is of boldness here! After this quite lively piece of music, "Senescence" sounds so out of room here with its delicate piano which puts its pearls of melancholy in the lamentations of what seems to be a sort of in-between violin and cello. "Plantal Sequence" will be your first crush in “Sculptor Galaxy”. Like a thing that we know without ever being capable of putting a name on it, the music is like a pack of people who look for themselves in a wonderful harmonious choreography. That does very Steve Roach and at the same time very Berlin School with a touch Alexander Desplats' mood. A delight! "Metazoa" is another title which seduces straightaway with a very Zoolook structure, we are even entitled to these knocks of percussive grapeshots, where the samplings of voice form a nice harmonious choir. A rather delirious title which finds its strength out of our earphones with a good stereo effect. "Voyager" ends this fascinating discovery of the audaciousness universe of Robert Logan with a cosmic journey where the ambient music is nicely decorated by a strand of musical sequences, by some very intense synth layers and by other percussive effects which are just as much. There is an effect of crescendo here, we notice that almost everywhere throughout the 51 minutes of “Sculptor Galaxy” which pushes an EM towards a nirvana of intensity which makes no concession for the Jean-Michel Jarre's shady world on the London dock.
A magnificent production from the duo Logan/Roach, “Sculptor Galaxy” has literally brought me to the skies of surprises, of astonishments. Besides its samplings of voice, which are not too intrusive but rather eccentrics, its percussive effects and these brilliant organic imprints, “Sculptor Galaxy” is of an intensity which competes its creativity. Every title is a box of sonic surprises where the boldness is not too situated that far from the accessibility. And to think of it well, this distant link with
Zoolook is not really so distant after all … Remarkable, essential and a pure delight for music lovers.
Sylvain Lupari (November 29th, 2017) *****
You will find this album on
Projekt Bandcamp

____________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
____________________________________________________________________________________
J'ai découvert Robert Logan avec le duo d'albums qu'il a composé avec Steve Roach l'année dernière. Si chaque album avait une identité très différente, Second Nature était très ambiant alors que Biosonic était de nature tribale avec des rythmes psybient, la vraie nature de l'artiste anglais est plutôt dans le genre ambient immersif avec un penchant pour des tonalités sculptées autour d'échantillonnages environnants. Se promenant entre 2 alias, Sense Project et Firehand, afin d'élargir sa palette expérimentale, Robert Logan a délivré 6 albums de musique décoratrice d'ambiances depuis 2007. Et voilà que sortie de nulle part arrive ce brillant “Sculptor Galaxy”. Et l'info presse ne fait pas dans la dentelle en soulignant que c'est sans doute cette avenue que Jean-Michel Jarre aurait dû choisir après son étonnant Zoolook en 1984. Quand est-il!?
Des effets réverbérants et d'autres organiques pimentent le rythme incertain de "
Sovereign". Des échantillonnages de voix déformées ainsi que de lourds riffs de clavier donnent une enveloppe psychédélique à cette structure de rythme édifiée en un genre de stop'n'go dont l'absence de nuances fait tout un contraste avec les effets organiques et les voiles stroboscopiques qui s'ajoutent à une chorale irréelle. Entre ses secousses abruptes et ses répits d'ambiances, "Sovereign" donne un aperçu des structures de rythmes qui jalonnent cet étonnant opus de Robert Logan. Le mixage est de toute beauté, effectué par Steve Roach, et donne justice à la richesse des tonalités, tant ici que partout dans “Sculptor Galaxy”. "Climber" attaque nos oreilles avec de puissants cognements qui font lever des lignes de séquences papillonnantes et de séduisants effets percussifs. Encore ici, la structure de rythme est hachurée mais nettement plus vivante avec de bons arrangements et un bon soupçon de Jean-Michel Jarre, notamment pour cette approche de synth-pop bien contrôlée dans son environnement plus progressif. Les échantillonnages de voix reviennent charmer nos attentes dans le rythme coulant de "Be Tall", je croirais même entendre chanter le titre de différentes façons. Les effets percussifs sont toujours aussi séduisants et se moulent très bien à d'autres effets qui amène la musique dans une zone de psybient. Et si la basse trace un Groove cosmique avec de bons mouvements lascifs, les percussions en revanche amènent le titre vers un bon rock sorti d'un autre univers. "Binary Star" débute avec une approche plus électronique qui est guidée par des mouvements fluides et vifs du séquenceur. Cette structure se fond par la suite derrière une autre approche de Groove cosmique avec basse et percussions en plus dans le ton d'un bon mid-tempo. Les collections de voix éraillées et d'effets cosmiques restent toujours dans le domaine d'un Électronica psychédélique. Mais cela se dompte assez bien.
Par contre, "
The Weaver" demande un peu plus d'écoute. En fait, l'évolution de la musique suit à merveille le sens de son titre avec un tissage de séquences qui peu à peu épousent une cohérence mais qui se heurte à un amas d'effets sonores et percussifs. Ça tournoie délicatement et c'est du genre plutôt ambiant progressif. Les échantillonnages de voix, les effets organiques de même que les effets percussifs sont au cœur des charmes de cet album et de "Endless Sea" qui, effectivement, irait très bien avec le répertoire de Jean-Michel Jarre. Mais un Jarre plus audacieux, car tout est audace ici! Après ce titre tout de même assez enlevant, "Senescence" détonne avec son délicat piano qui pose ses perles de mélancolie dans les lamentations de ce qui semble être un entre violon et violoncelle. "Plantal Sequence" sera votre premier coup de cœur dans “Sculptor Galaxy”. Comme un truc que l'on connait sans jamais être capable de mettre un nom dessus, la musique est comme une meute de gens qui se cherchent dans une superbe chorégraphie harmonique. Ça fait très Steve Roach et en même temps très Berlin School avec une touche d'Alexander Desplats. Un régal! "Metazoa" est un autre titre qui séduit d'emblée avec une structure très Zoolook, on a même droit à ces coups de mitrailles percussifs, où les échantillonnages de voix forment un bel ensemble harmonique. Un titre assez délirant qui trouve sa force en dehors de nos écouteurs avec un bel effet stéréo. "Voyager" termine cette fascinante découverte de l'univers d'audace de Robert Logan avec un voyage cosmique où la musique d'ambiances est joliment décorée par un filament de séquences musicales, par des nappes de synthé très intenses et d'autres effets percussifs qui le sont tout autant. Il y a un effet de crescendo ici, que l'on remarque un peu partout au travers les 51 minutes de “Sculptor Galaxy”, qui pousse une MÉ à un nirvana d'intensité qui ne fait aucune concession au monde interlope de Jean-Michel Jarre sur les quais londoniens.
Une superbe production du tandem
Logan/Roach, “Sculptor Galaxy” m'a littéralement porté aux nues de l'étonnement, de l'ébahissement. En plus de ses échantillonnages de voix, qui ne sont pas trop envahissantes mais plutôt originales, des effets percussifs et de ces géniales empreintes organiques, “Sculptor Galaxy” est d'une intensité qui rivalise avec sa créativité. Chaque titre est une boîte à surprises soniques où l'audace ne se situe pas trop loin de l'accessibilité. Et à bien y penser, le lointain lien avec Zoolook n'est pas vraiment si éloigné que ça… Remarquable, essentiel et un pur délice pour mélomanes.

Sylvain Lupari (29/11/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire