mardi 10 avril 2018

OTARION: Under Surface (2018)

“Under Surface is another great blend of e-rock, EDM and classical New Berlin School always filled by the touching romanticism of Faber”
1 Prelude 3:47
2 Behind the Doors 7:01
3 The Abandoned Place 2:19
4 Under Surface 10:59
5 Refractions 6:13
6 A Different View 9:33
7 The Best Time 7:12
8 A Glance Up 6:19
9 Go Out 8:54
10 Arrived 8:12

MellowJet Records | cdr-ot1801 (CD/DDL 70:33)
(Electronic, Symphonic Rock)
====================================
   **Chronique en français plus bas**
====================================

It feels good to renew with the music of Otarion! Rainer Klein is second to none to bring the listener through a musical epic where the emotions run hypersensitive on structures in movement. Sometimes shaken by shocks of EDM, jostled by a solid electronic rock dipped into the New Berlin School style or yet by great symphonic rock, “Under Surface” sneaks between various phases of an always touching and overwhelming EM guided by strong orchestrations. At this level, aromas of the superb Genius combined to the rock vision of Decide are floating all around this last album of Otarion. What is far from being bad!
A very sober piano covers of its nostalgia a cloud of white noises which unties "Prelude" of the first silences of “Under Surface”. And as our senses ask to be more touched by Rainer Klein's tenderness, a cello and a voice add to this suspense of melancholic moods which find its outcome of musical tragedy with dense orchestrations of one finale in search of its genesis. Noises of jingles and hinges of doors, we enter in the core of the atmospheres of “Under Surface” by "Behind the Doors". Its introduction is signed of mysticism and romanticism with effects, layers of synth and a celestial voice. A guitar and its drawling riffs give a look of rock slow and heavy to an ambient music which bursts into a good symphonic rock filled with ambiospherical twigs where the drum, and effects of electronic percussions, straighten a more electronic dimension accentuated by good synth solos. "The Abandoned Place" is like a little cloud of sounds and ambient elements which ties two poles. Its junction between "Behind the Doors" and the title-track, which throws itself between our ears with big carillons and whispers of terns, is nicely just in time and in tones. "Under Surface" is a title which does very electronic rock of Tangerine Dream's Sonic Poem Series or yet the Quantum Years. The structure of rhythm is fed with a meshing of these thousands of small felted steps which run in circle and a bass line a little bit round, kind of Groove. Music becomes more rock energetic after the point of the 4 minutes with a lively drum and by riffs of which the charms bite the dust behind a delicious veil of sonic shenanigans and reverberating effects. The decor is rich of its sibylline atmospheres which roam behind good guitar solos. The last riff of a dying solo and the overexcited vibes are fading in a second very ethereal half of "Under Surface" with a quite touching Otarion on the piano. "Refractions" lands between my ears in a dress of a superb down-tempo marinated in psybient moods. It's the title as unexpected that very surprising which peels my emotions minute by minute with a little more rock reorientation and a striking velocity knotted around these series of riffs in loop which belong to the repertoire of U2 or still Coldplay.
These riffs also spice up the various evolutionary steps of "A Different View", and other rock moments in this album, which is a good rock with its phases of ambient romanticism. It's a skillful mixture between rock and EM with strands of stroboscopic sequences that crumble their jerks in the lively and striking strikes from the drum. Casted in the same mold of EM evolving by slices, "The Best Time" proposes an introduction in halftone with lost chords and jingles which run away through a veil of sibylline atmospheres. A series of pulsations united this opening with an approach which tilts to another rock well hammered by percussions with strikes always so clear and precise, bringing "The Best Time" towards a theatrical rock of the Picture Palace Music kind. Slow, sensual and ethereal, "A Glance Up" is a beautiful lunar slow dance. The drum hammers a muted and heavy rhythm while the arpeggios swirl as in a bed song of the Halloween theme. The title fattens its passion and its heaviness, while giving a small boost for a short period of rock before returning in a more lunar phase. "Go Out" takes back the road of rock beats such as "A Different View" and the title-track. The rhythm is nervous and squats in a semi-ambient and semi-animated structure before forcing a phase of big rock at the very end. "Arrived" ends this tangible suite to the album Decide with a good vaporous intro where the theatrical side of Otarion breathes of its perfumes of mysticism. Voices lost in the wind, somber piano and dramatic effects decorate this introduction sewn in Mephistophelian silk while gradually the rhythmic ride settles down. Last riffs and last solos of guitar, "Arrived" rushes towards a more electronic finale before leaving a last breath which is going to start again another debate … Is it the best of Otarion? I would say the best since Genius!

Sylvain Lupari (April 10th, 2018) *****
synth&sequences.com
You will find this album on the MellowJet Records shop
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Ça fait du bien de renouer avec la musique d'Otarion! Rainer Klein n'a pas son pareil afin d'amener l'auditeur à travers une épopée musicale où les émotions courent à fleur de peau sur des structures en mouvement. Tantôt agité par des secousses d'EDM, de rock électronique trempé dans le New Berlin School ou encore par du gros rock progressif symphonique, “Under Surface” se faufile entre différentes phases d'une MÉ toujours émouvante et bouleversante guidée par de solides orchestrations. À ce niveau, des arômes du superbe Genius combinés à la vision rock de Decide flottent tout autour de ce dernier album d'Otarion. Ce qui est loin d'être mauvais!
Un très sobre piano recouvre de sa nostalgique le nuage de bruits blancs qui détache "Prelude" des premiers silences de “Under Surface”. Et comme nos sens demandent à être plus touchés par la tendresse de Rainer Klein, un violoncelle et une voix ajoutent à ce suspense d'ambiances mélancoliques qui trouvent son dénouement de tragédie musicale avec les denses orchestrations d'une finale à la recherche sa genèse. Bruits de cliquetis et de gonds de porte, nous entrons dans le cœur des ambiances de “Under Surface” par "Behind the Doors". Son introduction est signée de mysticisme et de romantisme avec des effets, des nappes de synthé et une voix céleste. Une guitare et ses riffs traînants donnent une allure de rock lent et lourd à une musique d'ambiances qui éclate pour du bon rock symphonique rempli de brindilles ambiosphériques où percussions, et effets de percussions électroniques, réajustent une dimension plus électronique accentuée par de bons solos de synthé. "The Abandoned Place" est comme un petit nuage de sons et d'ambiances qui attache deux pôles. Sa jonction entre "Behind the Doors" et la pièce-titre, qui se jette entre nos oreilles avec de gros carillons et des chuchotements de sternes, est tout à fait à point. "Under Surface" est un titre qui fait très rock électronique de la période Sonic Poem Series ou encore The Quantum Years par Tangerine Dream. La structure de rythme est nourrie avec un maillage de ces milliers de petits pas feutrés qui courent en rond et une ligne de basse un peu ronde, genre Groove. La musique devient plus rock énergique après la barre des 4 minutes avec une batterie très entraînante et des riffs dont les charmes mordent la poussière derrière un délicieux voile de grenouillages sonores et d'effets réverbérants. Le décor est riche de ses ambiances sibyllines qui rôdent derrière de bons solos de guitare. Le dernier riff d'un solo mourant et les ambiances survoltées se fondent dans une seconde moitié très éthérée de "Under Surface" avec un Otarion tout touchant au piano. "Refractions" atterrit entre mes oreilles dans un habit d'un splendide down-tempo mariné dans du psybient. C'est un titre aussi inattendu que très surprenant qui pèle mes émotions de minute en minute avec réorientation un peu plus rock et une saisissante vélocité nouée autour de ces séries de riffs en boucles qui appartiennent au répertoire de U2 ou encore Coldplay.
Ces riffs assaisonnent aussi les différentes étapes évolutives de "A Different View", ainsi que d'autres moments très rock de cet album, qui est un bon rock avec ses phases de romantisme ambiant. C'est un habile mélange entre le rock et l'électronique avec des filaments de séquences stroboscopiques qui émiettent leurs saccades dans des frappes de batterie vives et saisissantes. Coulé dans le même moule de MÉ évoluant par tranches, "The Best Time" propose une introduction en demi-teinte avec des accords perdus et des cliquetis qui fuient sur un voile d'ambiances sibyllines. Une série de pulsations unie cette ouverture avec une approche qui penche vers un autre rock bien martelé par des percussions aux frappes toujours aussi nettes et précises, amenant "The Best Time" vers un rock théâtral du genre Picture Palace Music. Lent, sensuel et éthéré, "A Glance Up" est un beau slow tempo lunaire. La batterie martèle un rythme sourd et pesant alors que des arpèges tournoient comme dans une comptine du thème Halloween. Le titre engraisse sa passion et sa lourdeur, tout en donnant un petit coup d'accélérateur pour une courte période de rock avant de revenir dans une phase plus lunaire. "Go Out" reprend le collier des titres tel que "A Different View" et la pièce-titre. Le rythme est nerveux et squatte une structure mi- ambiante et mi- animée avant de forcer une phase de gros rock à la toute fin. "Arrived" termine cette suite tangible à l'album Decide avec une belle intro vaporeuse où le côté théâtral d'Otarion respire de ses parfums de mysticisme. Voix perdues dans le vent, piano sombre et effets dramatiques ornent cette introduction cousue dans de la soie méphistophélique alors que graduellement la chevauchée rythmique s'installe. Derniers riffs et derniers solos de guitare, "Arrived" fonce vers une finale plus électronique avant de laisser un dernier souffle qui va repartir un autre débat… Est-ce le meilleur d'Otarion? Je dirais le meilleur depuis Genius!

Sylvain Lupari 09/04/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire